Var, jour 6 : Bandol et Cassis (Bouches-du-Rhône)

C’est à 9h30 que nous avions rendez-vous au port de Bandol pour le départ de notre excursion en bateau. Comme d’habitude, lorsqu’il s’agit de prendre la mer, je ne râle pas trop, mais je traine des pieds.

Une appréhension que je ne m’explique pas, mais qui me suit depuis presque toujours.

Pourtant, à l’exception de l’affreux souvenir que je garde de mon baptême d’Optimist à 10 ans, toutes les excursions en bateau m’ont laissé de très beaux souvenirs.

Mais comme on ne dit pas si on n’a pas au moins 114 ans : chat échaudé craint l’eau froide !

Bandol

Si tu as manqué un épisode, voici les autres articles qui composent cette série sur nos vacances dans le Var :

Bandol

On avait eu l’occasion de découvrir un peu la ville quelques jours avant au cours d’une balade sur la promenade qui longe le quai Charles de Gaulle. Le port de Bandol possèdent plusieurs parkings et il a été facile de trouver une place à proximité du quai de départ.

Bandol

Excursion en bateau au départ de Bandol avec Pirat

Nous avons choisi de partir avec la compagnie Pirat située sur le port de Bandol, parce qu’ils ont un sacré rating sur TripAdvisor et qu’ils proposent des tarifs très concurrentiels.

Leur site présente différents circuits (visite de l’archipel des Embiez, apéro sunset, calanques…) tout au long de la journée. Il est également possible de privatiser la croisière pour une demi ou une journée entière à bord d’un voilier ou d’un bateau à moteur.

Nous sommes partis avec Shanti, un spacieux bateau à moteur doté d’un joli pont en teck (j’ai adoré le pont en teck) pour « l’exploration matinale » à 45 euros par personne. Ce bateau peut accéder aux zones peu profondes qui ne sont pas accessibles au voilier pour des raisons purement structurelles (la quille du voilier s’enfonce dans l’eau à plus de 2 m).

Bandol

À 9h27, Charly, notre skipper et les autres passagers (une femme très souriante accompagnée de ses deux enfants très sages) nous attendent déjà sur le quai. Savoir enfin avec qui je vais passer les trois prochaines heures sur un bateau me tranquillise. Les inconnus s’estompent, je me détends.

O. constate mon soulagement qui, comme la plupart de mes émotions, se lit assez distinctement sur mon visage. Il me lance un large sourire et dans ses yeux je peux lire un triomphant : « Je savais bien que ça te plairait ! ».

Et, c’est tout souriants que nous regardons le port de bandol s’éloigner doucement derrière nous.

Bandol

La mer est calme. Le bateau prend de la vitesse et le vent frais nous rafraîchit les joues. Charly nous explique que la journée est idéale pour aller visiter les plus beaux recoins de la côte. Nos compagnons de voyage laissent s’exprimer leur joie. Elle est contagieuse. 🙂

Confortablement installés, nous écoutons les petites anecdotes que nous relate notre guide de la matinée. Chacun choisit sa villa de luxe préférée, parmi toutes celles qui dominent la baie, sur la base de critères très personnels :

« Non, celle-ci n’a que 48 fenêtres et le style empire, c’est dépassé depuis l’antiquité. Moui, la piscine à débordement c’est un point positif, mais où est-ce qu’on va placer la piste pour l’hélico ? Ha ben non, on ne va quand même pas toucher au terrain de golf ! » #regardscandalisés

C’est ainsi que l’on découvre, la baie de Bandol, la pointe de la Cride et l’île de Bendor achetée et aménagée par Paul Ricard (oui, le Pastis, c’est lui aussi.)

Bandol
Bon à savoir : Si tu souhaites te rendre sur l'île de Bendor au départ de Bandol, certains restaurants offrent la traversée pour toute réservation.

C'est notamment le cas de la Terrasse de Bendor  : En juillet et août, pour toute réservation en ligne depuis leur site internet, ils offrent la traversée à partir de 18h00 pour dîner. 

Nous ne l'avons pas testé, sa courbe TripAdvisor est un peu tassée, mais c'est toujours bon à savoir, surtout que le prix de la traversée est de 17 euros/adulte.
Bandol

La visite continue. On passe par la pointe des Engraviers pour rejoindre la baie de la Moutte où se dresse ce fameux rocher surnommé « le sous-marin ».

On croise le même bateau que celui du film Les dents de la mer (mais en blanc). Psychologiquement, ton envie de te jeter à l’eau à ce moment se précipite dans le néant. #traumadejeunesse

Bandol

L’heure de la baignade retentit lorsque nous arrivons dans une petite calanque paradisiaque. J’hésite à me jeter à l’eau, elle parait bien fraiche. Mais je ne résiste pas longtemps à l’envie de piquer une petite tête.

Et quel plaisir ! L’eau est vraiment bonne une fois qu’on y est. Une piscine. On reste là, une petite heure, à se baigner, papoter, prendre des photos et déguster la petite collation offerte par l’équipage.

Bandol
Donc là, c’est moi quand je n’ai pas envie de me baigner.

Après ça, nous avons repris tranquillement la mer et nous sommes rentrés au port de Bandol.

C’est frais comme la pêche du matin que nous avons retrouvé la chaleur de la côte et de la ville, des sourires toujours plaquées sur nos visages complètement détendus.

En résumé, si tu cherches à faire un petit tour de bateau en toute simplicité avec des gens accueillants et passionnés par leur métier, je te recommande VRAIMENT cette agence.

Prendre un verre à Bandol

Comme je te le disais, nous étions venus quelques jours auparavant en quête d’un apéro sympa sur le port.

On s’était installés sur la terrasse place de la Liberté. Celle située au pied des escaliers menant à l’église. Ce choix s’était avéré extrêmement judicieux.

Parce que de là, tu peux à la fois commander des boissons au bar à gauche, des planches de fromages, de charcuteries ou autres spécialités italiennes dans la boutique à droite et/ou déguster des fruits de mer que propose un petit stand en face.

J’ai trouvé ça hyper pratique de pouvoir profiter des trois enseignes à la même place. Tout le monde y trouve son compte et les clients sont ravis !

Cassis

Comme on n’avait rien prévu après la sortie en bateau, c’est complètement au hasard que nous avons pris la direction de Cassis avec l’intention d’y déjeuner.

Ceux qui savent doivent déjà être en train de se bidonner.

Parce que non, tu n’arrives pas à cassis comme une fleur à midi, en pensant pouvoir te garer à proximité du centre et profiter « de toutes les beautés du midi ».

Cassis
Ruelle du centre historique de Cassis

En arrivant, c’est la guerre. Tous les parkings du centre sont pleins. Il reste la possibilité de se garer en périphérie et d’emprunter une navette pour le centre ville. Mais prendre le bus sous 35 degrés en période covid ça ne nous tente pas vraiment.

Finalement, après avoir joué pendant 30mn à la version motorisée des chaises musicales sur le parking de La Poste, on finit par trouver une place. Yihiii !

Donc Cassis, pour se garer, c’est compliqué.

Cassis
Port de Cassis

Où manger sur le port de Cassis ?

Le port de Cassis est très joli. On y repère un petit resto, le Bistro’Quai, qui propose des plats frais et assez copieux. Je te laisse en juger par toi même avec une photo de ma délicieuse salade de poulet. Les prix oscillent entre 10 et 20 euros.

Ha ! Et il faut gouter aux frites, elles sont excellentes !

Cassis
Cassis
Mon petit pote pendant le dej.

Malgré la chaleur, on décide de faire un petit tour dans le centre historique complètement désert.

Cassis
Cassis

Mais une question nous taraude : où sont cachés les propriétaires du demi million de voitures garées dans cette ville ?

Cassis
Centre ville de Cassis désert

Et bien nous les avons rapidement retrouvés. Ils étaient tous cachés àààà laaaaa plaaaaaaage ! Les petits foufous.

Cassis
Plage de Cassis

Bon, la plage à Cassis, ce sera pour la prochaine fois. On reprend la route en direction de notre hébergement pour commencer à faire nos valises pour le départ du lendemain.

Cassis

Conclusion

Voilà pour notre itinéraire dans l’Ouest Var ! Je suis vraiment contente d’avoir découvert cette région que l’on n’aurait pas forcément considérée si on n’y avait pas été contraint par la situation sanitaire dans le monde.

Cette semaine m’a fait un bien pas possible. Si ça a été assez facile de prendre mes marques à Bruxelles, c’est vrai que rentrer en France et retrouver de tout petits détails familiers du quotidien a été très réconfortant. Beaucoup plus que je ne le pensais.

Pour notre prochaine fois en France, on partira peut être un peu plus à l’ouest du côté de la Camargue pour remonter jusqu’Orange en passant par Arles, Nîmes et Avignon. C’est un programme qui me tente bien.

À très vite !

Bandol

Var, jour 5 : Le Lavandou et Bormes-les-Mimosas

En tapant le titre de ce post, j’ai pensé : « Oh mais nooon, jour 5, c’est bientôt la fin des vacances ! »

Les vacances sont finies depuis deux semaines. Mais c’est vrai, venir en parler ici, ça me donne l’impression de les faire durer encore, d’une certaine manière.

Un peu comme quand on te souhaite ton anniversaire en retard et qu’on te dit « Ça le fait durer plus longtemps ». Et c’est vrai. En ce qui me concerne en tout cas.

Du coup, moi qui me disais que j’allais essayer d’être efficace et rester sous la barre des 650 mots. Mahaha tu parles, j’ai jamais autant eu envie de causer.

Bormes-les-mimosas

Après la journée bien chargée de la veille : le marché de Sanary, la Chapelle Notre-Dame de Pépiole, la biscuiterie Péchés Gourmands, la plage des Sablettes et la visite de la Cadière-d’Azur… On s’est autorisé une petite grasse mat’ (on a été incapables de se lever avant 10h) histoire de récupérer.

Un peu avant midi, on a pris la route vers l’est, en direction du Lavandou !

Le Lavandou

Depuis Six-Fours-les-Plages, il faut compter une bonne heure pour rejoindre Le Lavandou. À notre arrivée, c’est sans difficulté que l’on a trouvé une place en bord de mer (un jeudi aux alentours de midi), sur le Parking du Soleil situé à la jonction du boulevard de Lattre de Tassigny et de l’avenue Général Bouvet.

Prochain objectif, trouver un restaurant à proximité.

Où déjeuner au Lavandou ?

Je te recommande un petit bistrot La Grignote, situé en front de mer, où l’on t’accueille à la cool et avec le sourire. Les prix oscillent entre 12 euros et 25 euros environ. Leur spécialité, c’est les burgers, et ils savent y faire !

On s’est retrouvé face à un menu qui nous a donné envie de dire au serveur : « On va tout prendre, merci ! »

Du coup, on s’est partagé nos plats pour pouvoir goûter à plein de trucs. Les burgers sont composés de produits frais, leur viande est cuite à la perfection et leur pain moelleux est légèrement brioché. On a également testé les oeufs brouillés accompagnés de patate douce rôties, de pain à l’ail et d’un tartare d’ananas infusée à un je-ne-me-rappelle-plus-quoi qui l’a rendu franchement exceptionnel. Il y a aussi eu des frites fraiches et des desserts maisons.

C’était ni-ckel. Et comme d’habitude, pense à réserver !

La plage du centre ville du Lavandou

On ne prévoyait pas de passer deux heures à la plage, mais il faisait tellement chaud qu’on a revu un peu nos plans. Et on a très bien fait.

Le Lavandou possède 12 plages de sable fin qui constituent l’un des plus beau patrimoine de la ville. Nous avons été à la plage du centre ville, pour des raisons de proximité. Il n’y avait qu’à traverser la rue. Elle est équipée de petits parasols fixes dont chacun peut profiter gratuitement. Ces installations sont vraiment idéales (et convoitées) en cette période de distanciation. Je vous laisse apprécier la situation sur la photo ci-dessous :

Le Lavandou

Quand l’un des parasols se libère, tout le monde essaye de rester civilisé et de ne pas s’y ruer en courant. Mais d’un coup, tu peux voir trois ou quatre personnes converger vers le même point comme s’il participait à un championnat de marche athlétique en évitant soigneusement de se regarder.

C’est donc là que nous avons passé les heures les plus chaudes de la journée. La température de l’eau était idéale ! Bien meilleure que sur les plages de Six-Fours ou de Sanary.

Après la baignade, on ne s’est pas attardé plus longtemps au Lavandou. On voulait quitter cette ambiance de « station balnéaire ». Alors on a repris la route (pour une dizaine de minutes) en direction de Bormes-les-Mimosas.

Bormes-les-Mimosas

Encore une fois, impossible de résister à l’attraction qu’exerce sur nous les petits villages provençaux : les façades en vielles pierres dévorées par du bougainvillier, les dédales de petites ruelles en pente, les places animées, les pavés, les fontaines, les cigales…

Bormes-les-mimosas
Bormes-les-mimosas
Bormes-les-Mimosas

Malgré ces similitudes, l’expérience est à chaque fois différente. Chaque village possède son identité. Si bien qu’on ne se lasse pas de les explorer pour comprendre ce qui fonde leur individualité.

Bormes-les-mimosas

Bormes-les-Mimosas, c’est fleuri. Avec un nom comme ça, j’imagine que ça ne te surprend pas. On s’y attendait aussi. Par contre les mimosas, c’est en hiver qu’ils fleurissent. En été, c’est le bougainvilliers qui envahit le paysage.

C’était chouette de déambuler dans les ruelles de ce village, plus animé que La Cadière-d’Azur, mais loin d’être congestionné. L’artère principale est la plus agitée. On y trouve de nombreuses boutiques en tout genre (savonneries, magasins de déco, de jouets, de broderie). Des créateurs sont également présents à tous les coins de rue (peintres, artisans verrier, chapeliers…).

Bormes-les-mimosas
Bormes-les-mimosas

Manger une bonne glace à Bormes-les-Mimosas

Que serait une journée de vacances sans une énoooorme et rafraichissante glace #àlapistache ?

Si tu ne veux pas le savoir, je te recommande de passer chez Del’Ice pendant ta visite à Bormes-les-Mimosas. On y a été bien reçu. Et les glaces étaient très bonnes (les jus de fruits aussi).

Bormes-les-mimosas

Et que serait une journée dans le sud de la France sans l’achat d’un paquet de navettes à la fleur d’oranger ?#jeteledemande

Bormes-les-mimosas
Le butin

Je te retrouve très très prochainement pour la suite (et la fin) des vacances ! On prendra la mer pour aller se rafraichir dans les eaux translucides des calanques dans les environs de Bandol !

Des bisous !

Var, jour 4 : La Cadière-d’Azur

Il nous restait encore un peu d’énergie* à consacrer à cette quatrième journée déjà bien chargée, alors on s’est trouvé un petit spot de balade, pas trop ambitieux : La Cadière-d’Azur.

(*Non c’est pas vrai, j’étais raide morte. Mais je ne pouvais décemment pas aller me coucher à 16h. Même en vacances. Y’a des limites.)



La Cadière-d'Azur

Ce petit village typique de la Provence est perché sur une colline faisant face au Castellet (qui n’est pas du tout visible à droite de la photo ci-après). #sijamaistutedemandais

J’avais le choix entre un beau cadrage ou Le Castellet. Et j’ai tranché.

Et puis comme ça, je ne te révèle pas toute la beauté qu’offre ce point de vue. Tu auras l’occasion de le découvrir sur place et ça vaut son pesant de navettes !

La Cadière-d'Azur

Ce que j’ai le plus apprécié à La Cadière-d’Azur :

  • Sa petite place du village sur deux niveaux entourée de commerces, de bars et de restaurants ;
  • Ses ruelles désertes et incroyablement photogéniques.
La Cadière-d'Azur
La Cadière-d'Azur
Sur la place Jean Jaurès, on peut apercevoir la devanture du célèbre « Cercle des Travailleurs ».

« C’est à La Cadière d’Azur, que l’on a découvert les nappes de charriages à l’origine de la théorie de la dérive des continents. »

http://villagesdecaractereduvar.fr/

Si tu es friand des petites anecdotes éclairantes pendant tes visites, tu peux compter sur la présence de QR codes disséminés un peu partout dans les rues. Ils te permettent d’en savoir un petit peu plus sur une maison en apparence ordinaire ou sur ce qui se cache derrière le nom de certaines rues.

On y apprend, par exemple, que la Rue de la Colle qui, personnellement, m’évoque juste un bâton de colle, est un mot qui signifierait colline en Provençal. Et, cette rue permettait autrefois l’accès aux hauteurs du village.

Ce qui fait sens.

Donc voilà, ça va pas révolutionner ton niveau de culture générale, mais c’est divertissant de le savoir.

Après quelques recherches, je crois bien que les QR codes renvoient vers les pages de ce site. Il recense une foule d’informations sur les activités à faire dans la région. C’est très dense, mais si t’as le courage d’y mettre le nez ça a l’air vraiment complet !

La Cadière-d'Azur

La balade s’est terminée sur la place principale du village, à la terrasse d’un café, à déguster un petit jus de fruit à l’ombre des arbres.

J’aurais tendance à penser avoir préféré le village du Castellet. Je l’ai trouvé plus vivant avec davantage de restaurants et de petites boutiques.

Mais en réalité, il règne dans ces deux villages des atmosphères assez différentes. Et si tu cherches vraiment à te couper de la foule en profitant du charme d’un petit village typique de la région, tu y trouveras probablement davantage ton compte à La Cadière-d’Azur.

Et photographiquement parlant, c’était quand même bien agréable de n’avoir personne dans les rues !

Voilà pour aujourd’hui ! Cette quatrième journée se termine ENFIN.

Après trois articles, je n’en voyais plus le bout. Et encore, je n’ai sélectionné que l’essentiel !

Oui, je t’ai épargné les courses à Carrefour, l’achat du parasol chez Decathlon, le déjeuner sur la plage des Sablettes à Sanary-sur-mer… Eh ouais, je sais qu’on dirait pas comme ça, mais je te raconte pas tout !

La prochaine fois, je t’emmène au Lavandou pour un peu de farniente à la plage. Ce sera également l’occasion de visiter Bormes-les-Mimosas, parce qu’on ne se lasse jamais de visiter les petits villages de la Provence (et leurs merveilleux glaciers artisanaux !

Des bisous !

Var, jour 4 : la chapelle Notre-Dame de Pépiole

La chapelle Notre-Dame de Pépiole à Six-Fours-les-Plages

Il n’est pas encore 11h lorsque nous nous garons sur le petit parking destiné aux visiteurs. La végétation est partout. Ça commence bien.

La visite de cette ancienne chapelle pré-romane datant probablement de l’époque Carolingienne nous avait été conseillée à notre arrivée sur Six-Fours.

Elle serait la plus vielle chapelle d’Europe. Son architecture à trois nefs juxtaposées et trois absides (extrémités en demi cercle d’une église) rappelle les chapelle syriennes et chypriotes de l’époque de Cassien (venu dOrient, il fondera le monastère St Victor à Marseille vers 414).

La chapelle Notre-Dame de Pépiole

Elle se visite librement et gratuitement tous les jours entre 15h et 18h.

À 11h, l’intérieur n’était pas accessible, mais nous avons pu profiter du jardin en toute tranquillité.

Les édifices religieux possèdent souvent une architecture étonnante et c’est toujours avec beaucoup d’émerveillement que je les découvre.

Aujourd’hui, on n’est pas sur le Taj Mahal, le temple d’Angkor Wat ou la Basilique Saint-Pierre, mais je crois que cette petite chapelle mérite que l’on s’y attarde quelques instants.

Le chemin qui mène au bâtiment traverse un beau jardin provençal peuplé d’oliviers. Le lieu est apaisant et bien entretenu. Les cyprès apportent une touche d’élégance et de légèreté au paysage.

La chapelle Notre-Dame de Pépiole

L’endroit est désert lorsque nous arrivons. Le chant des cigales est assourdissant et c’est avec la précaution de ceux qui craignent de déranger que nous progressons en direction de l’édifice.

La chapelle Notre-Dame de Pépiole

Si tu passes à Six-Fours n’hésite pas à faire un petit crochet par ce lieu très apaisant et chargé d’histoire.

À très vite pour la suite de nos découvertes dans l’Ouest Var !

Var, Jour 4 : le marché de Sanary-sur-Mer

Quand j’ai décidé de diviser le récit de nos vacances dans l’Ouest Var en six articles, j’ai très clairement sur-estimé ma capacité à aller à l’essentiel.

Le programme du jour 4 étant un peu chargé, j’ai décidé de le subdiviser, lui aussi, en plusieurs parties pour en faciliter la lecture. (Ça aurait été interminable, jamais t’en serais venu à bout.)

Aujourd’hui, je t’emmène au marché de Sanary-Sur-Mer !

Marché de Sanary-sur-Mer

Si tu as manqué les jours précédents, voici un petit recap du début du programme :

Le marché de Sanary-sur-Mer, le plus beau marché de France

Ce marché, c’est bien simple, tout le monde t’en parle. Depuis qu’il a été élu le plus beau marché de France en 2018 sur TF1, il est devenu « the place to be à Sanary » le mercredi matin.

Ce grand marché forain a lieu tous les mercredis, le long du boulevard Estienne d’Orves et du Quai Charles de Gaulle et se poursuit jusqu’à la place de La Tour.

Ça peut t’intéresser de savoir qu’une version réduite du marché (uniquement alimentaire) se tient, tous les autres jours de la semaine, au même endroit.

Marché de Sanary-sur-Mer

Nous les marchés, on s’en méfie un peu.

Papillonner dans les allées chargées de produits locaux bien frais et échanger avec les commerçants qui ont toujours une bonne anecdote à placer, oui.

Piétiner sous le soleil, dans les allées saturées de monde, entrapercevoir un melon et abandonner, non.

Compte tenu de la popularité du lieu, on redoutait le deuxième scenario…

D’autant que les récents commentaires sur Tripadvisor nous alertait sur le monde, la chaleur et l’impossibilité de se garer à proximité de ce marché « à éviter en période estivale » et que l’on prend des heures à parcourir. Tu saupoudres ça d’un peu de contexte COVID-19 et tu te demandes juste pourquoi tu irais t’infliger ça.

Marché de Sanary-sur-Mer

Mais, on avait (surtout moi) très envie de se promener dans un de ces marchés provençaux où s’incarne vraiment l’identité de la région PACA. Et quitte à le faire, autant qu’il s’agisse du plus beau, non ? #cestunequestionrhetorique

Il nous fallait un plan, une finauderie, un stratagème !

Je vais t’épargner un insoutenable suspense : il fallait juste se lever tôt.

Arriver et repartir avant que ça ne tourne mal.

C’est pour ça qu’à 7h45 pétante, nous étions déjà en train de nous garer au parking des Picotières à moitié vide, à deux pas du marché.

La première préoccupation venait d’être surmontée avec brio !

Nous nous félicitions encore de notre performance en débutant notre progression à travers les allées dégagées du marché encore peu animé. Les commerçants terminaient la mise en place de leur stand. Les lieux n’étaient pas désert, mais on slalomait sans difficulté entre les premiers visiteurs et l’air marin était bien frais.

Le marché n’est pas si grand (surtout quand on peut y circuler à vitesse normale). On en a fait une fois et demi le tour en une grosse demi heure (achats et pauses photo inclus). Il reste néanmoins bien fourni. Le poisson des étals, on l’a vu être déchargé des bateaux de pêche le matin même. Et à moins qu’il ne s’agisse d’une honteuse mise en scène (ce dont je doute fort), on peut s’attendre à ce qu’il soit frais.

Marché de Sanary-sur-Mer

Est-ce que l’expérience est un peu survendue ? Probablement, un peu.

Est-ce qu’on a apprécié la promenade ? Absolument. Et c’est le plus important après tout !

Résultat à 8h40, on était déjà tranquillement attablés à la terrasse d’un café. Le sentiment du travail accompli dessinait, malgré nous, de larges sourires satisfaits sur nos visages.

C’est là que j’ai retrouvé le plaisir de mordre dans un VRAI pain au chocolat. Depuis qu’on habite à Bruxelles, j’avais fini par penser que je n’aimais plus ça. Non parce que les « couques au chocolat » en Belgique, c’est vraiment, vraiment pas la même.

Marché de Sanary-sur-Mer
Marché de Sanary-sur-Mer

Quand on a récupéré la voiture aux alentours de 9h, le parking était déjà plein et notre place a été immédiatement occupée. Cette petite heure fait vraiment la différence. On a payé 2€ pour environ 1heure de stationnement.

Voilà, si tu veux profiter du marché de Sanary dans les meilleures conditions, échapper à la crise de nerfs et t’épargner la rédaction d’une verbiageuse diatribe sur Tripadvisor, lève toi de bonne heure. C’pas compliqué !

Voilà pour notre marché de Sanary à nous ! Du coup, tu l’auras compris, c’était parfait ! Je te retrouve bientôt pour la suite ! On fera un petit crochet à la Chapelle Notre-Dame de Pépiole.

Des bisous !

Var, jour 3 : l’île de Porquerolles

Y’a un truc que mes proches m’ont fait remarquer (et qui va surement me faire perdre en crédibilité à l’avenir quand je te recommanderai un truc), c’est que souvent, ma dernière expérience (qu’il s’agisse d’un lieu, d’une activité ou d’un resto) est souvent la plus belle, la meilleure, la plus incroyable, celle qu’il faut absolument faire !

Du coup, j’ai essayé d’identifier la meilleure des activités réalisées durant cette semaine dans le Var. Pas évident, mais je m’en sors avec un top 2 dans lequel figure cette journée sur l’île de Porquerolles.

Je ne saurais te dire en quelle place, j’hésite encore avec l’excursion en bateau dans les calanques à Bandol.

Mais passer une journée sur l’île de Porquerolles reste, selon moi, un incontournable à faire dans la région.

Se rendre sur l’île de Porquerolles

Porquerolles

Nous avons décidé de nous rendre sur l’île de Porquerolles avec la compagnie de bateau TLV-TVM depuis La Tour Fondue sur la presqu’île de Giens.

C’est la seule compagnie que nous ayons trouvé proposant :

  • des départs et des retours tout au long de la journée (pratiquement toutes les heures) ;
  • les tarifs les plus bas (A/R à 19,5€/personne) ;
  • Le temps de trajet le plus court (la traversée dure environ 15mn).

Il est possible de se rendre sur l’île avec d’autres compagnies depuis d’autres villes (Toulon, La Seyne-sur-mer, Saint Mandrier, La-Londe-les-Maures…) mais les prix avoisinent plutôt les 30 euros.

On n’en a pas fait une étude de marché non plus, donc si quelqu’un passe par ici avec un bon plan, qu’il n’hésite pas à le partager ! 🙂

Où se garer à la Tour Fondue

Il y a 3 parkings (à des tarifs différents) à proximité de l’embarcadère.

  • Parking Indigo
  • Parking des îles
  • Parking Porquerolles

On s’est garé complètement au hasard au parking Indigo (qui se trouvait à droite de la route en arrivant). On a payé 8,10€ pour environ 8h de stationnement.

Il était moins cher que le parking des îles. Et je n’ai pas vu les tarifs du parking Porquerolles. ^^

Aucun problème de circulation rencontré pour s’y rendre, malgré les retours assez inquiétants qu’on avait pu lire sur internet. Encore une fois, est-ce qu’on y a été au bon moment, est-ce que l’affluence est moindre cette année ? Je ne sais pas. Ça nous a pris environ 40/50 minutes depuis Six-Fours-les-plages. Et on a pu partir avec la navette de 9h du matin.

NB : Port du masque obligatoire pendant la traversée (Contexte COVID-19).

Porquerolles

Visiter l’île de Porquerolles en vélo

Porquerolles c’est magnifique. L’île est assez grande et offre des paysages très diversifiés : sentiers bordés de pins, plages aux eaux turquoises, falaises sauvages, arbres fruitiers, étendues de vignes…

Pour ceux qui ne viennent pas à Porquerolles en quête d’un traumatisant exploit sportif (ce qui était visiblement le cas des trois quarts de personnes au souffle haletant et au front luisant que nous avons croisé), mon plus grand conseil se résumera en trois mots :

LE VÉLO ÉLECTRIQUE

#tudiraspasquejtelaipasdit

L’île fait 7,5km sur 3km et culmine à 142m.

Tu peux choisir entre une journée qui ressemble à ça :

Ou alors une journée qui ressemble à ça :

Et évidemment, tu imagines bien que si une journée en vélo à Porquerolles figure dans le top 2 des activités que je te conseille de faire pendant tes vacances, ce n’est ceeertainement pas parce que j’ai pédalé pendant 5h sous un soleil de plomb sur une île pleine de faux plats et de méga pentes, non, non, non.

Et puis, soyons honnêtes, on n’aurait jamais eu le temps de voir tout ce qu’on a vu en une seule journée. D’abord parce qu’on allait plus vite (Thanks Captain Obvious !), ensuite parce qu’il y a vraiment des zones ou la déclivité est importante et inaccessible pour des cyclistes du dimanche (encore moins des cyclistes d’une journée d’été, en l’occurence, nous).

Mais pour préciser, on se trouve vraiment au niveau 0 de l’échelle de l’envie de faire des efforts en vacances.

Porquerolles

Certains font le choix de rester à pied et profitent de ce qui est le plus accessible : le village et la plage d’Argent. L’affluence se concentre principalement sur ces deux spots (la plage d’argent ayant ma préférence sur celle de Notre Dame).

Je te conseille, à ton arrivée, de mettre directement le cap sur l’une de ces deux plages si tu veux en profiter avant qu’elles ne soient prises d’assaut (et ça se remplit vite).

Des aires de stationnement pour les vélos sont installées à proximité des plages.

Où louer son vélo ?

Nous avons réservé nos vélos électriques sur le site de La Méduse avant notre arrivée sur l’île.

On a payé 72 euros pour le pack 2 vélos (sinon c’est 40 euros/vélo), pour la journée entière (en considérant, bien sur, les horaires d’ouvertures de la boutique).

Première expérience du vélo électrique pour moi avec un bolide de compèt’ : un KTM Macina race 274. #lapépite

Pour des vélos classiques, comptez 30 euros/2 vélos ou 17 euros/1 vélo.

Les gars de l’agence sont très efficaces, sympathiques et te filent des petits conseils pour la visite. Je te les recommande à fond !

Porquerolles
Nos petits bolides

Attention, tous les loueurs de vélos ne proposent pas la même qualité de matériels et de services. Certains profitent même de leur localisation avantageuse sur le port pour te proposer des vélos dans des états scandaleux. Pense à consulter les avis sur internet, en général c’est assez éclairant.

Où manger à Porquerolles ?

Il y a pas mal de choix. Des restaurants pour tous les budgets, des snacks, de petites superettes, des primeurs qui proposent des fruits frais…

Nous avons déjeuner à La Fringale, un petit restaurant situé sur le port, qui propose des plats frais et délicieux à des prix vraiment concurrentiels. Les frites sont à tomber ! Encore une fois, pensez à réserver !

Porquerolles

Impossible de passer par Porquerolles sans faire une halte chez Coco Frio !

J’ai même pas pris de photo, mais une photo ne t’en aurait pas dit beaucoup plus sur la gourmandise de leurs glaces. Elles sont à tomber !

J’espère que ce petit post t’auras donné envie de rejoindre les milliers de touristes qui comptent se rendre à Porquerolles cet été et les prochains ! :o)

Je te retrouve très bientôt pour la suite de nos aventures !

La prochaine fois, on quitte la vie insulaire pour retrouver la terre ferme. On se lèvera de bonne heure pour visiter le marché de Sanary-sur-Mer.

Et si jamais tu les as manqué, n’hésite pas à consulter les deux premiers volets de cette série d’articles sur notre semaine dans le Var :

Bisous !

Fin du contenu

Aucune page supplémentaire à charger