Passer au contenu

Visiter le musée Hergé à Louvain-la-Neuve

Après notre découverte, il y a trois semaines, du Centre belge de la bande dessinée à Bruxelles, je trépignais d’impatience à l’idée de découvrir le musée Hergé à Louvain-la-Neuve. Ce week-end, nous avons donc profité de la météo un peu capricieuse pour approfondir notre connaissance du neuvième art et explorer l’oeuvre de l’un des auteurs les plus populaires de bande dessinée : Hergé.


Musée Hergé

Informations pratiques

Musée Hergé
Rue du Labrador, 26 – 1000 Bruxelles
Ouverture : du mardi au dimanche de 10h30 à 17h30 (jusqu`à 18h00 le week-end)

Les tarifs sont disponibles sur le site du musée. Le tarif normal est de 12 euros mais les prix varient en fonction de l’âge, de la profession ou d’un éventuel handicap.

Le musée est accessible gratuitement tous les premiers dimanches du mois.

Des audio-guides sont disponibles sans supplément pour tous les visiteurs à partir de 7 ans, à l’exception du premier dimanche de chaque mois où ils sont facturés 5 euros.

Covid 19 : La liste des conditions d’accès et des normes mises en place pour assurer la sécurité du personnel et des visiteurs est disponible à cette adresse.

Il est recommandé de réserver sa visite via la plateforme de réservation mis à disposition, par e-mail ou par téléphone.


En route pour le musée Hergé !

Depuis le centre de Bruxelles, nous rejoignons le 26, rue du Labrador (qui est aussi l’adresse fictive de Tintin) en à peine plus d’une demi-heure en voiture. Il est également très facile de rejoindre Louvain-la-Neuve en transports en commun depuis les principales gares ferroviaires de Bruxelles.

En arrivant, nous sommes accueillis par une statue d’Hergé réalisée par Tom Frantzen à l’occasion du 10ème anniversaire du musée. Son nom ne te dit peut-être rien, et pourtant, il a réalisé de nombreuses oeuvres exposées à travers toute la Belgique notamment la statue de Jacques Brel, place du marché aux Herbes ou Het Zinneke (ou Zinneke-Pis) le petit chien qui fait pipi rue des Chartreux à Bruxelles.

Et oui, le Manneken-Pis est loin d’être le seul à uriner dans les rues de la capitale !

Musée Hergé
Statue d’Hergé par Tom Frantz
Inaugurée le 22 mai 2019 à l’occasion du 10ème anniversaire du musée Hergé

Si tu prends le temps de faire le tour du bâtiment, tu remarqueras que les fenêtres et les façades évoquent l’agencement des cases d’une bande-dessinée.

Musée Hergé

L’intérieur exprime lui aussi cette belle complexité avec ses lignes et ses volumes atypiques. Droites et courbes se superposent dans cette construction lumineuse, moderne et insolite.

« Je voulais des espaces que l’on pénètre par la narration, une sorte de labyrinthe mental, en accordance avec l’univers d’Hergé. Depuis les passerelles, le point de vue change en permanence et la vision de ce grand vide lumineux qui assemble les cinq espaces donne bien, je crois, la mesure de l’universalité, de la complexité, de la richesse du monde de ce grand artiste que fut et demeure Hergé. »

Christian de Portzamparc, architecte.
Musée Hergé
Musée Hergé

Visite du musée

La visite s’organise le long d’un parcours numéroté qui traverse 8 salles. Chacune de ces salles aborde un aspect différent de l’itinéraire personnel et professionnel de Georges Rémi alias Hergé (pseudo qu’il utilisera à partir de 1924 sur la base de ses initiales inversées : RG).

L’exposition retrace l’enfance, les expériences, les influences et les différents contextes historiques et sociaux dans lequel Hergé a évolué, qui lui ont permis de nourrir la personnalité de ses héros si populaires et de créer des histoires passionnantes.

On y découvre la manière dont il développera les différents procédés graphiques (philactaires, onomatopées, strips, pictogrammes…) qui lui permettront de dynamiser ses récits.

On y apprend, entre autres, que son expérience dans la presse lui a permis non seulement de comprendre l’art du feuilleton, mais aussi de réaliser des tracés nets et précis pour répondre aux exigences techniques imposées par les rotatives (qui servent à imprimer le journal). Car tous les personnages d’Hergé sont nés dans la presse périodique.

Musée Hergé

On découvre aussi l’influence du travail de Benjamin Rabier, un maitre aux yeux de cet amoureux du dessin lisible et simple. Benjamin Rabier, est célèbre pour son univers animalier, ses dessins de la fameuse marque La vache qui rit et ses albums des aventures de Gédéon le canard.

« J’ai été immédiatement conquis. Car ces dessins étaient très simples. Très simples, frais, robustes joyeux, et d’une lisibilité parfaite. En quelques traits bien charpentés tout était dit : le décor était indiqué, les acteurs en place ; la comédie pouvait commencer. »

Hergé
Musée Hergé

Sans surprise, j’ai adoré les espaces dédiés à l’univers de Tintin qui occupe une place prépondérante dans l’oeuvre d’Hergé. On y découvre des tas d’anecdotes sur les différents personnages, leur rôle et leur évolution au fil des albums.

Si la plupart des oeuvres de Tintin sont fortement ancrées dans la réalité, Hergé a néanmoins dû modifier ses sources d’inspirations pour éviter la censure dans le contexte de guerre de la Belgique occupée. Il décide alors de s’inspirer des grands classiques de la littérature d’aventure. Ainsi naissent des albums comme Le secret de La Licorne, L’étoile mystérieuse ou encore Le crabe aux pinces d’or.

Musée Hergé

L’audio guide est nécessaire. Il y a très peu d’informations au cours de la visite. Celles fournies par le guide sont concises, assimilables et divertissantes. Il y a même des petites devinettes : j’ai honteusement brisé le silence qui régnait dans le musée en apprenant comment distinguer physiquement Dupond et Dupont.

Musée Hergé
Lustre composé des 228 personnages répertoriés dans les 24 albums de Tintin

La balade se poursuit de salles en salles, de passerelles en passerelles. Je dois bien avouer que les deux dernières salles sur les studios Hergé et sa gloire ont été un petit peu survolées.

Comme d’habitude, cette visite de quasiment deux heures s’est achevée dans mon endroit préféré : la boutique du musée ! On y trouve des albums, bien évidemment, mais aussi des affiches, des figurines, des cartes postales ou même des plaids (Eh ouais !) à l’éffigie des personnages principaux d’Hergé.

Musée Hergé

Musée Hergé versus Centre belge de la bande dessinée

C’est la découverte du Centre belge de la BD qui m’avait donné envie de découvrir le musée Hergé. Parce que j’avais adoré découvrir le processus créatif des auteurs et des illustrateurs (et c’est d’ailleurs ce que j’ai le plus aimé au musée Hergé) mais aussi, parce que le musée Hergé est souvent présenté (dans les commentaires tripAdvisor, hein, ça vaut ce que ça vaut) comme une alternative ou une extension au musée de la BD.

Mais si dans les deux cas on gravite autour du monde de la bande dessinée, les deux expériences sont totalement différentes. #çanarienàvoir

Musée Hergé

D’un côté, un édifice art nouveau planté en plein centre de Bruxelles.

De l’autre, un bâtiment moderne qui semble léviter à l’orée d’une foret.

L’enfant qui sommeille en moi a probablement préféré le musée de la BD avec ses énormes figurines, ses pages de livre géant, la diversité des personnages et des sujets, le fait de ne pas être auditivement enfermée dans un casque et de pouvoir interagir avec les personnes qui nous accompagnent sans interrompre leur écoute.

Le musée Hergé respecte davantage les codes des musées classiques en offrant un contenu plus « conventionnel ».

L’adulte qui sommeille en moi a apprécié découvrir la vie et l’oeuvre de l’un des acteurs les plus influents du monde de la bande dessinée. Comprendre les mécanismes et influences qui ont construit les récits qui ont accompagné mon enfance. Saisir à quel point la diversité d’un parcours, la multiplicité des centres d’intérêt et les difficultés rencontrées ont enrichi le processus créatif.

Ça, évidemment, ça parle à l’adulte.

Musée Hergé

Je ne te dirai pas d’en privilégier un plutôt que l’autre. Je te dirai que ces deux musées sont selon moi très intéressants et qu’il ne s’agit que d’une affaire de goût et de sensibilité étant donné qu’ils n’ont en commun que le fait de traiter de bande dessinée.

Musée Hergé

Voilà pour ma visite du musée Hergé ! Après cette matinée culturelle, on s’est dit qu’on profiterait bien des petites éclaircies pour aller se dégourdir les jambes en pleine nature. Direction le Bois des rêves à 7mn de là, je t’en parle dans un prochain article parce que ça, c’est une autre histoire !

À bientôt !

Laisser un commentaire