Chefchaouen, la ville bleue.


Afrique, Le voyage, Maroc / vendredi, décembre 29th, 2017

 

chefchaouen-bleuatelier-tisserandchefchaouen-pigmentschefchaouen-promenadetapischefchaouenchefchouen-vuechefchaouen chefchaouen-ruelles chefchaouen-foodchefchaouen-portechefchaouen-pigments chefchaouen-ruellechefchaouen-medinapain chefchaouen-escalier chefchaouen-ebenistechefchaouen-chat chefchaouen-ruelleChefchaouen ou « Chaouen », comme on l’appelle là-bas, nous a offert une autre vision du Maroc. Nichée au creux de la montagne et entourée de végétation, cette petite ville bleue a rompu avec tout ce qui alimentait mon imaginaire lorsqu’il s’agissait de me représenter le Maroc.

Chefchaouen est un dédale de rues bleues. La médina, un enchevêtrement de ruelles étroites, d’impasses où l’on distingue des mosquées. À cela s’ajoute la déclivité du terrain, l’abondance de petites échoppes et bien sur, les chats.

Nous avons rencontré des artisans ébénistes, qui nous ont accueillis dans leurs ateliers. J’y ai découvert le bois de Thuya, sa surface polie et ses couleurs naturelles, de jolies boites incrustées de citronnier ou d’ébène, l’odeur du cèdre fraîchement travaillé.

Nous avons rencontré des tisserands, approchés de grands métiers à tisser, appris que la laine était la spécialité de la ville et qu’il se fabriquait des tapis en fibres végétales comme celles du cactus.

Et puis, il avait ces silhouettes anonymes, vêtues d’amples djellaba en laine à capuche pointue (souvent soulignées de longues rayures) qui évoluaient autour de nous et que je tentais désespérément de photographier. Je ne m’autorise à photographier les gens à leur insu, que lorsqu’ils ne sont clairement pas identifiables (dans le cas contraire je leur demande l’autorisation ou je laisse tomber, si le feeling n’y est pas). En général, c’est beaucoup plus facile d’obtenir l’autorisation d’une personne avec laquelle j’ai eu échange sur un sujet quelconque, que d’alpaguer une personne assise au coin de la rue et lui demander si je peux la photographier. J’ajouterais même, que c’est beaucoup plus facile d’encaisser le refus des personnes avec lesquelles je parle déjà, car j’ai moins la sensation de les déranger et que l’échange dans son entièreté ne se résume pas à quelque chose de négatif.

Donc Chefchaouen, je valide et vous le recommande chaudement !

À très vite !lovelygrizzly-signature

 

3 réponses à « Chefchaouen, la ville bleue. »

  1. La ville bleue rien que le nom appelle à l’évasion! Et quand je vois tes magnifiques photos, c’est un vrai coup de coeur!!! Si un jour je vais par là bas je ne veux surtout pas rater Chefchaouen. Merci pour cette belle découverte!

Laisser un commentaire